Les Cténophores ou Cténaires

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Qualifiés abusivement de méduses, ces Invertébrés toujours dépourvus de structure squelettique, sont des prédateurs planctonophages. Ils sont armés non de cellules urticantes mais de cellules adhésives appelées colloblastes, avec lesquelles ils capturent leurs proies, des Copépodes notamment, mais aussi des Cténaires plus petits.
Ces animaux aux formes très variées nagent lentement grâce à de courtes palettes natatoires disposées en 8 rangées le long du corps. Elles sont  constituées de cils vibratiles soudés à la base. Elles assurent la propulsion de la larve bouche en avant. Le corps est constitué par une gelée transparente. La bouche s'ouvre à une extrémité. A l'extrémité opposée  (face aborale) existe un organe d'équilibration, un statocyste. Beaucoup de Cténaires ont des tentacules leur servant à capturer les proies.
La plupart des Cténaires passent par un stade larvaire appelé cydippide qui ressemble à un Cténaire miniature.


Un Cténaire commun, en forme de doigt de gant et dépourvu de tentacules :

BeroeBeroe sp.. Longueur 12 cm. Noter les rangées de palettes natatoires.


Un cydippide :

Cydippide 1Vue de la face aborale. Diamètre 620 µm. 

Cydippide 2Vue de profil. Longueur 1100 µm. Noter la taille de la bouche et du pharynx.

Cydippide 3Le statocyste à l'extrémité aborale. 

Cydippide 4Présence d'un Copépode dans le pharynx où il est "malaxé" par des contractions de la larve.

Cydippide 5Idem.


Retour à holoplancton
Retour à zooplancton
Retour à page d'accueil