Les Tuniciers ou Urocordés

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

L'anatomie de ces Invertébrés est relativement simple. Cependant, leurs larves, semblables à de microscopiques têtards, présentent deux caractères qui conduisent à considérer ces animaux comme étant proches des Vertébrés : leur queue est soutenue par une structure, la chorde dorsale, qui constitue une ébauche de la colonne vertébrale, et leur système nerveux, très rudimentaire, est situé le long de cette chorde, en position dorsale (chez les animaux précédents possèdant un système nerveux, il est situé ventralement).
Le corps des Tuniciers adultes est enveloppé par une tunique cellulosique plus ou moins épaisse. L'essentiel du corps est constitué par un sac branchial, percé de nombreuses fentes, qui fonctionne comme un filtre et assure à la fois oxygénation et alimentation. L'eau pénètre dans l'animal par un orifice pouvant se fermer (siphon buccal), traverse la branchie et ressort par le siphon cloacal.

Alors que les ascidies sont des Urocordés fixés, les Appendiculaires et les Thaliacés sont planctoniques.

Pour plus d'informations, voir le chapitre " Les Tuniciers " du site Mer et Littoral.

Les Appendiculaires

A l'état adulte, les Appendiculaires (4 à 6 mm) conservent la forme de têtard des larves d'Ascidies.
Ils ont une queue aplatie trois à cinq fois plus longue que le tronc. Ils vivent dans une curieuse logette gélatineuse, beaucoup plus grande qu'eux, qui leur sert à filtrer l'eau pour s'alimenter. La musculature de la queue, bien développée, assure une ondulation pour la propulsion et la circulation de l'eau dans la logette. Ils peuvent quitter celle-ci en cas d'urgence ou lorsque le filtre est colmaté et en secrètent une nouvelle en moins d'une heure grâce à des cellules glandulaires situées sur le tronc.

Le tronc, ovoïde, comprend une partie bucco-pharyngienne, une partie digestive et les glandes génitales. Ces tuniciers sont hermaphrodites, mâles avant d'être femelles.

Une espèce courante, Oikopleura dioica :

AppendiculaireLongueur : 2,4 mm. Dans la queue, la chorde entourée par une musculature développée.


Tronc Long. du tronc : 510 µm. La bouche est à droite ; à gauche testicule et ovaire.


Les Thaliacés

Les Thaliacés adultes sont dépourvus de queue. Ces animaux ont un pouvoir de multiplication très élevé.

Les Salpes (jusqu'à 20 cm pour un individu isolé) et les Dolioles (1 à 10 mm) sont des individus isolés, mais qui souvent bourgeonnent pour former des colonies longues parfois de plusieurs mètres (jusqu'à 30 mètres pour les Salpes).
Quant aux Pyrosomes (40 à 100 mm), ce sont des colonies de petits individus formant des masses allongées en forme de doigt de gant. Ces Tuniciers doivent leur nom au fait qu'ils émettent une phosphorescence bleu-vert.


Un Doliole vu de profil. Le corps en forme de tonnelet est ceinturé par 8 muscles circulaires. Le siphon buccal est à droite, l'endostyle est en haut, le ganglion nerveux en bas entre le 3e et le 4e muscle, le système digestif en haut à gauche et le siphon cloacal à gauche. La branchie, disposée en biais, est peu visible.

DolioleDoliolum sp.. Longueur : 0,7 mm.


Retour à holoplancton
Retour à zooplancton
Retour à page d'accueil