Diatomées marines benthiques de Martinique

(étage infralittoral)

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Les prélèvements : collecte et analyse.

Douze prélèvements ont été effectués fin mars-début avril 2008 et quinze autres fin mars-début avril 2009, à des profondeurs de -2,5 à -9 mètres (plongées en apnée), comme suit (du N au S) :
- Anse Turin : 1 prélèvement sur sable moyen,
- Anse à l'Ane : 1 prélèvement sur sable moyen,
- Anse Noire : 2 prélèvements sur sable fin et moyen,
- Anse Dufour : 9 prélèvements sur sable fin, moyen, grossier, et petit gravier,
- Sud Grande Anse : 3 prélèvements sur sable fin,
- Nord Anse d'Arlet : 5 prélèvements sur sable fin,
- Nord Petite Anse : 2 prélèvements sur sable fin,
- Ouest Anse Figuier : 3 prélèvements sur sable fin et moyen.


CarteMartinique

Des prélèvements ont été effectués sur 5 des 7 stations, à la même période, en 2010 et 2011.
Des prélèvements ont été effectués sur 3 des 7 stations, à la même période, en 2012, 2013, 2014 et 2015.

La surface du sédiment a été prélevée,
à l'aide de tubes Falcon de 50 ml, sur une épaisseur d'environ 3-4 mm dans des zones présentant une teinte brunâtre. Les Diatomées ont été séparées du sédiment, après agitation vive, par 2-3 décantations différentielles, fixées au Lugol, puis stockées ultérieurement en présence de 2% de formol. Après préparation et traitement des frustules selon Loir (2004a, 2004b ; Bibliographie), les taxons présents dans chaque prélèvement ont été identifiés.

Caractères des populations diatomiques collectées.

Dans l'ensemble des douze prélèvements réalisés en 2008, 463 taxons ont été répertoriés, représentant 83 genres, 35 genres étant représentés par un seul taxon.
Le nombre de taxons observés dans les prélèvements varie entre 54 et 163.


En 2009, 301 taxons ont été répertoriés.
Dans un prélèvement réalisé à l'Anse d'Arlet à 2,5 mètres de profondeur, 240 taxons ont été répertoriés, dont 54 appartenant au genre Mastogloia (soit 22,5 % des taxons présents). A l'opposé, la population diatomique collectée à l'Anse Dufour à 9 mètres de profondeur est composée à environ 90 % par les 2 espèces Diploneis smithii et Diploneis fusca.

Les genres les plus représentés sont les suivants :
2008 2009 Total
(2008-2015)
Genres 83 87
Taxons 463 301 560 
Amphora 75 (16%) 39 (12,5%) 79 (13,4%)
Mastogloia * 47 (10,1%) 50 (16,5%) 90 (15,3%)
Nitzschia 53 (11,3%) 33 (10,6%) 62 (10,5%)
Navicula 44 (9,4%) 23 (7,4%) 51 (8,7%)
Cocconeis 26 (5,6%) 19 (6,1%) 34 (5,8%)
Diploneis 23 (5%) 15 (4,8%) 28 (4,8%)

                         * Voir liste et Loir & Novarino 2013  

Trente huit genres sont représentés par un seul taxon.

Beaucoup d'espèces ont des dimensions souvent proches de, ou inférieures à, la limite inférieure indiquée dans les diagnoses.

Les espèces.

Divers taxons appartenant aux genres suivants sont illustrés :

Genres Achnanthes à Amphora
Genres Ardissonia à Dimeregrammopsis
Genres Diploneis à Gyrosigma
Genres Grammatophora à Lyrella
Genre Mastogloia (2)
De nombreux taxons n'ont pas été identifiés.  Certains sont illustrés :

Taxons non identifiés (1)
Taxons non identifiés (2)

Les trois genres monoraphidés Achnanthes, Cocconeis et Planothidium sont représentés respectivement par 4, 34 et 4 taxons. La plupart de ces taxons sont peu présents.

Les 2 genres Mastogloia (voir liste, Loir & Novarino 2013 et figures) et Amphora dominent par le nombre de taxons. Sauf exception, les taxons du genre Amphora sont présents en très petit nombre. Selon les prélèvements, la représentation du genre varie entre 10 et 25 %. De même, la représentation du genre Mastogloia varie entre 3 et 22,5 % et celle du genre Nitzschia entre 6 et 22 %.
Dans un prélèvement (Anse Dufour), il a été observé des regroupements d'Amphora ocellata (entre 2 et 24 cellules ; voir photos) à l'intérieur de bulles de mucilage. L'observation d'un court pédoncule sur plusieurs de ces bulles suggère qu'elles pouvaient être fixées à des grains de sable.

Dans les prélèvements obtenus en 2015, 9 taxons du genre Mastogloia, non mentionnés dans Loir & Novarino 2013, ont été observés en très petit nombre (1 ou 2 valves/frustules), à l'exception de Mastogloia cyclops (5 valves/frustules).


Conclusions

Les populations diatomiques des fonds meubles de la côte ouest de Martinique sont caractérisées par une grande diversité aussi bien générique que spécifique.

En Martinique, comme à Marie-Galante, c'est le genre Mastogloia qui est le plus représenté avec 90 taxons. Vient ensuite le genre Amphora avec 79 taxons. Sur les fonds meubles des 3 îles, le genre Nitzschia représente environ 10 % des taxons observés.
En termes d'espèces présentes, il apparaît que les populations diatomiques
de la côte ouest de la Martinique (collectées en mars-avril), comme celles de la côte ouest de Basse-terre (collectées en janvier et mars) diffèrent notoirement de celles de Marie-Galante (collectées en mars et mai). Même si on ne peut exclure un effet de la période de prélèvement, il est permis de penser que la nature minéralogique des sédiments participe à cette différence. À Marie-Galante le sable est d'origine corallienne tandis que sur les côtes ouest de Basse-terre et de Martinique il résulte essentiellement de l'abrasion de roches ignées d'origine volcanique.

Les genres dominants aux Antilles Françaises :
                        
  Marie-Galante Guadeloupe Martinique
(2008-2015)
Genres 62 98 87
Taxons ** 295 540 590
Mastogloia 64 (21 %) 57 (10,6 %) 90 (15,3 %)
Amphora 27 (9,2 %) 78 (14,5 %) 79 (13,4 %)
Nitzschia 31 (10,6 %) 71 (13,1 %) 62 (10,5 %)
Cocconeis 25 (8,4 %) 49 (9,1 %) 34 (5,8 %)
Navicula 14 (4,7 %) 39 (7,2 %) 51 (8,7 %)
Diploneis 13 (4,4 %) 25 (4,6 %) 28 (4,8 %)

** Voir la liste des taxons
 

Retour Haut de page
Retour Communautés Diatomées Benthiques
Retour Index